Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La musique traditionnelle russe

La musique traditionnelle russe est un domaine riche et varié qui reflète la diversité culturelle et géographique de ce vaste pays. Elle comprend des genres vocaux et instrumentaux, des influences orientales et occidentales, des formes savantes et populaires. Dans cet article, nous allons explorer quelques aspects de la musique traditionnelle russe, son histoire, ses instruments et ses représentants.

L’histoire de la musique traditionnelle russe remonte à l’époque préchrétienne, lorsque les peuples slaves pratiquaient des rites païens accompagnés de chants et de danses. Avec l’adoption du christianisme orthodoxe au Xe siècle, la musique liturgique s’est développée, utilisant le chant byzantin et le vieux-slave comme langues. La musique profane a continué à se transmettre oralement, en s’adaptant aux changements sociaux et politiques.

Musicien balalaïka

La balalaïka, l’instrument emblématique

Parmi les instruments traditionnels russes, on peut citer la balalaïka, une sorte de luth à trois cordes en forme de triangle. C’est un instrument à cordes pincées originaire de Russie, qui ressemble à un triangle avec un long manche. Elle a trois cordes, généralement accordées en mi-la-mi ou en ré-la-ré. Elle se joue avec les doigts ou avec un plectre, et produit un son clair et mélodieux.

La balalaïka existe depuis le XVIIe siècle, mais elle a connu un regain de popularité au XIXe siècle, grâce à des musiciens comme Vassili Andreïev, qui a fondé le premier orchestre de balalaïkas. Depuis lors, la balalaïka a été utilisée dans de nombreux genres musicaux, comme le folk, le classique, le jazz ou le rock. Elle a même été jouée dans l’espace par le cosmonaute Sergueï Krikaliov en 1991 ! (le cosmonaute soviétique bloqué dans la station MIR au moment de l’effondrement de l’URSS). La balalaïka est un instrument qui exprime toute la richesse et la diversité de la culture russe. Elle peut être joyeuse ou mélancolique, douce ou énergique, simple ou complexe. Elle est facile à apprendre et à transporter, et elle peut se jouer en solo ou en groupe. Si vous voulez découvrir la balalaïka, je vous conseille d’écouter des artistes comme Alexeï Arkhipovski, Oleg Timofeyev ou le groupe Balalaika Ensemble. Vous serez émerveillés par la beauté et la magie de cet instrument !

Il y a aussi la domra, un luth à quatre cordes rond ; le gousli, une cithare à cordes pincées ; la bayan, un accordéon chromatique à boutons ; le garmon, un accordéon diatonique ; la doudka, une flûte à bec ; le jaleïka, une clarinette populaire ; et le lojki, des cuillères en bois utilisées comme percussions.

Des styles variés et revisités

La musique traditionnelle russe se caractérise par une grande variété de genres vocaux, souvent polyphoniques. On peut distinguer les chants rituels (liés aux fêtes religieuses ou aux événements de la vie), les chants épiques (racontant les exploits des héros historiques ou légendaires), les chants lyriques (exprimant les sentiments personnels ou collectifs), les chants satiriques (critiquant les travers de la société ou des individus), les chants de travail (accompagnant les activités agricoles ou artisanales) et les chants de divertissement (destinés à la danse ou au jeu).

Parmi les représentants de la musique traditionnelle russe, on peut citer les ensembles folkloriques professionnels ou amateurs qui interprètent des arrangements de chants et de danses populaires, souvent avec des costumes et des décors typiques. Par exemple, le groupe Nadejda qui se produit depuis 1948, le groupe Kalinka fondé en 1968, ou le groupe Terem-Quartet qui mélange la musique traditionnelle et la musique classique. On peut aussi mentionner les chanteurs solistes qui perpétuent le répertoire traditionnel ou qui le renouvellent avec des influences modernes. Par exemple, Pelagueïa qui chante des romances russes et des chansons tziganes, ou plus récent Отава Ё qui fusionne la musique folklorique et le rock.

D'autres articles...

L’expérience russe du sommeil : l’histoire d’une légende urbaine

Dans les méandres de la science-fiction et des récits de la guerre froide, l’expérience russe du sommeil se distingue comme une légende urbaine fascinante et terrifiante. Ce récit, qui explore les limites humaines et les effets secondaires psychologiques extrêmes, a captivé l’imagination de millions de personnes à travers le monde. Il soulève des questions troublantes sur les expérimentations secrètes et les désirs inavoués d’explorer au-delà des capacités humaines. L’histoire de cette expérience, bien qu’ancrée dans le domaine de la fiction, éveille une curiosité insatiable sur les véritables capacités de l’esprit humain face à des conditions extrêmes.

Moscou, la capitale verte

Depuis la fin des années 1980, le terme “verdissement” évoque la couleur verte, symbole de la nature et de l’écologisme, reflétant une aspiration globale à une harmonie plus étroite avec l’environnement. Moscou, la capitale de la Russie, ville de Russie par excellence avec une population dépassant les 12 millions d’habitants, représente un épicentre de ces efforts environnementaux. Depuis 1991, cette métropole a entrepris des transformations significatives dans l’objectif de devenir un hub économique et politique international, tout en préservant son identité russe riche en histoire et en culture.

Comment voyager en Russie en 2024 : guide complet

La Russie, territoire étendu aux multiples facettes, séduit les voyageurs en quête de dépaysement et de culture riche. Entre sa réputation pour les résidences royales ornées et ses églises orthodoxes aux dômes dorés, l’expérience russe s’avère unique, ancrée dans la sincérité plutôt que le spectacle. Néanmoins, la situation actuelle requiert une prudence particulière : le Ministère français des Affaires étrangères recommande d’éviter tout déplacement en raison du conflit russo-ukrainien.

Laisser un commentaire