Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Moscou, la capitale verte

Depuis la fin des années 1980, le terme “verdissement” évoque la couleur verte, symbole de la nature et de l’écologisme, reflétant une aspiration globale à une harmonie plus étroite avec l’environnement. Moscou, la capitale de la Russie, ville de Russie par excellence avec une population dépassant les 12 millions d’habitants, représente un épicentre de ces efforts environnementaux. Depuis 1991, cette métropole a entrepris des transformations significatives dans l’objectif de devenir un hub économique et politique international, tout en préservant son identité russe riche en histoire et en culture.

Moscou se distingue non seulement comme le centre économique le plus important de la Russie mais aussi comme un laboratoire vivant du changement économique, où la globalisation joue un rôle crucial dans sa refondation urbaine. Ses efforts de verdissement illustrent la manière dont une ville de Russie, en embrassant des stratégies innovatrices, peut influer positivement sur son environnement urbain et la qualité de vie de sa population. Cette ville riche en histoire et en art, reconnue pour sa scène gastronomique diversifiée et ses sites emblématiques comme le Kremlin et la place Rouge, s’engage dans un périple écologique prometteur.

 

L’histoire du verdissement de Moscou

Moscou, reconnue pour son riche passé historique, a toujours été un centre de pouvoir politique depuis la fondation du Kremlin en 1156. Devenue la capitale de la Russie au XVe siècle sous Ivan III, cette ville a joué un rôle crucial dans l’émancipation du joug de la Horde d’or mongole. Aujourd’hui, Moscou se distingue non seulement par son importance politique et historique mais aussi par ses vastes espaces verts, totalisant 450 km2 de parcs et forêts, faisant d’elle la ville avec la plus grande zone verte parmi les grandes métropoles.

La priorité donnée à l’efficacité énergétique est manifeste à travers les nouvelles constructions de la ville, qui consomment la moitié de l’énergie des bâtiments plus anciens, et par les améliorations apportées au système de chauffage. L’initiative verte de Moscou trouve ses racines dans les années 1920, époque où le concept d’urbanisme vert a été introduit en URSS. Depuis 1991, Moscou a subi des transformations majeures, concentrant le pouvoir décisionnel et adoptant des pratiques urbanistiques radicales, tout en intégrant des aspects multiculturels croissants, reflétant une renaissance du multiculturalisme.

Le projet Nouveau Moscou, lancé en 2011, illustre cette ambition de transformer Moscou en une métropole mondiale compétitive et un centre financier, en annexant un vaste territoire et en modernisant son réseau de transport. Cette expansion a augmenté la surface administrative de la ville de 2,5 fois, ajoutant 230 000 habitants et trois exclaves au sud-ouest de Moscou. Cependant, ce projet a été critiqué pour ses problèmes d’infrastructure urbaine insuffisante, de gestion des déchets, ainsi que de la qualité de l’air et de l’eau. Malgré ces défis, l’approche d’une « modernisation autoritaire » a permis d’importantes avancées en termes de développement urbain, incluant de nouvelles lignes de métro et des constructions résidentielles.

Stratégies de verdissement dans les villes russes

Dans le cadre de la stratégie de développement territorial de la Fédération de Russie jusqu’en 2025, des mesures spécifiques visent à réduire les disparités interrégionales et à accélérer le développement économique et technologique tout en garantissant la sécurité nationale. Cette stratégie comprend une liste détaillée de spécialisations à développer dans les 85 sujets de la Fédération, soulignant l’importance d’une approche cohérente des politiques publiques à tous les niveaux.

À Moscou, l’engagement envers l’environnement se manifeste par des objectifs ambitieux, tels que la transformation d’une zone majeure de la ville en une zone sans émissions de tuyaux d’échappement et l’adoption exclusive de bus électriques à partir de 2025. Le programme “Ma Rue”, lancé en 2015, a déjà permis de rénover 50% du territoire de Moscou avec des espaces verts, améliorant ainsi les conditions de vie urbaines.

L’agriculture urbaine en Russie représente également un phénomène significatif, avec 20-25 millions de familles urbaines ayant accès à un terrain pour jardiner, ce qui illustre une approche de verdurisation à la base, souvent sous-estimée par les agences statistiques occidentales.

Ces initiatives montrent comment Moscou, et par extension d’autres villes russes, intègrent des stratégies de verdurisation pour améliorer non seulement l’environnement urbain mais aussi la qualité de vie de leurs citoyens.

 

Les avantages écologiques et sociaux

L’urbanisation croissante pose des défis environnementaux significatifs, mais l’intégration de vastes espaces verts à Moscou offre des avantages écologiques et sociaux notables. Premièrement, les arbres et les plantes jouent un rôle crucial dans l’absorption du CO2, contribuant ainsi à atténuer les effets du changement climatique. Cette fonction est essentielle car elle aide à réduire la quantité de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

En outre, les espaces verts urbains améliorent la qualité de l’air en filtrant les polluants et en libérant de l’oxygène, ce qui est vital pour la santé publique. Ils contribuent également à la gestion des eaux de pluie, réduisant les risques d’inondations et d’érosion, un avantage particulièrement important lors d’événements météorologiques extrêmes.

La présence accrue de biodiversité dans les zones urbaines est un autre avantage clé. Les espaces verts ne fournissent pas seulement un habitat pour diverses espèces, mais favorisent également une plus grande diversité biologique, enrichissant l’écosystème urbain.

Sur le plan social, les parcs et forêts urbains encouragent l’activité physique et sont des lieux de détente qui améliorent le bien-être mental et physique des citadins. Ils servent également de points de rencontre communautaire, renforçant les liens sociaux et favorisant l’engagement communautaire.

Enfin, l’urbanisme vert à Moscou a un impact économique positif, augmentant la valeur des propriétés et stimulant l’activité économique dans les zones environnantes. Ces espaces verts ne sont pas seulement bénéfiques pour l’environnement et la santé publique, mais ils contribuent également à la cohésion sociale et à la vitalité économique de la ville.

Études de cas: Moscou, la ville verte

La transformation rapide de Moscou depuis 1991, visant à devenir un centre économique et politique international, a entraîné la dissolution ou la modification de l’image traditionnelle de la ville, y compris la perte de certains de ses espaces verts distinctifs. Cette modernisation, caractérisée par le développement de Moskva-City, un quartier d’affaires conçu pour représenter la Russie moderne, reflète les traits communs avec d’autres métropoles mondiales tout en tenant compte des spécificités socio-économiques et des traditions culturelles de Moscou.

Le projet “Grand Moscou” illustre bien l’ampleur des transformations, avec d’importants programmes pour les espaces de bureaux, les centres commerciaux et les zones résidentielles. Ces changements ont donné à Moscou une apparence plus humaine et polie, améliorant la qualité de vie urbaine grâce à l’amélioration des transports publics, la création de nouveaux espaces piétonniers et le développement de parcs.

Moscou a su tirer parti de sa riche histoire, notamment avec le Kremlin restant le centre du pouvoir politique, pour se redéfinir en tant que ville mondiale. Le système de métro de la ville, connu pour ses stations richement décorées, est le deuxième plus utilisé au monde après celui de Tokyo, reflétant l’importance de l’infrastructure dans le développement urbain de Moscou.

Ces efforts de modernisation, tout en visant à préserver les caractéristiques uniques de la ville, montrent comment Moscou se transforme en un hub d’affaires tout en s’efforçant de devenir une ville plus vivable.

 

Critiques

Malgré les efforts soutenus pour verdir Moscou, la ville fait face à plusieurs défis et critiques qui pourraient compromettre ces initiatives. Premièrement, la concurrence industrielle accrue de la Chine et des États-Unis pose un défi économique majeur pour l’Union Européenne, influençant potentiellement la répartition des ressources qui pourraient autrement être allouées aux efforts de verdissement. De plus, les négociations de sécurité entre la Russie et les États-Unis pourraient éclipser ou détourner l’attention des questions environnementales.

Les tensions géopolitiques et les conflits dans l’espace post-soviétique pourraient également entraîner une pénurie de ressources, d’attention ou de priorisation pour les initiatives environnementales à Moscou. Par exemple, les conflits d’utilisation des terres dans les basses terres de Meshchera, qui ont conduit à la création de parcs naturels nationaux, illustrent les pressions économiques, sociales et politiques qui peuvent entraver les efforts de conservation.

En outre, Moscou est confrontée à des défis importants en matière de gestion de la congestion du trafic et de modernisation de son système de transport public. L’absence de routes de transport circulaires efficaces aggrave ce problème, rendant difficile la mise en œuvre de solutions de transport durable.

Sur le plan financier, le secteur financier russe, fortement investi dans des actifs à haute émission, est particulièrement exposé aux risques climatiques et environnementaux. Cela rend le secteur vulnérable aux risques physiques et de transition liés au changement climatique. Toutefois, des efforts sont faits pour s’adapter aux normes ESG (environnementales, sociales et de gouvernance), notamment par le biais d’indices ESG et d’un compartiment de obligations “responsables” lancés par la Bourse de Moscou, ainsi que par les évaluations externes pour les émetteurs d’obligations vertes proposées par les agences de notation locales.

 

La ville de Moscou, ayant embrassé un ambitieux périple écologique depuis le début des années 90, a su démontrer qu’une métropole d’envergure mondiale peut effectivement allier développement urbain et responsabilité environnementale. Les initiatives de verdissement, l’amélioration de l’efficacité énergétique des constructions et l’expansion de l’urbanisme vert reflètent la détermination de Moscou à remodeler son image et à améliorer la qualité de vie de ses habitants tout en préservant son riche patrimoine culturel. Ces efforts ont contribué significativement à la réduction de l’empreinte écologique de la ville, renforcé la biodiversité urbaine et offert aux citoyens des espaces verts accueillants, indispensables à leur bien-être.

Face aux défis actuels et futurs, tels que la concurrence économique internationale et les risques environnementaux, Moscou continue de chercher des solutions innovantes pour un avenir durable. La ville se profile non seulement comme un exemple de transformation vers une métropole verte mais aussi comme un leader dans la discussion globale sur la durabilité en milieu urbain. L’engagement de Moscou envers l’écologie urbaine insiste sur l’importance d’une vision à long terme pour le développement des villes à travers le monde, encourageant ainsi d’autres métropoles à suivre son exemple pour un avenir plus vert et plus sain pour les générations à venir.

D'autres articles...

Kremlin de Moscou : centre du pouvoir russe

Le Kremlin de Moscou se dresse au cœur de la Russie, non seulement comme un monument historique emblématique mais aussi comme le centre du pouvoir politique du pays. Cette fortification majestueuse, entourée par les célèbres murs et tours du Kremlin, abrite différents musées et églises. A proximité, nous trouvons le mausolée de Lénine, ainsi que le GUM. Symbolisant la force et la grandeur de la Russie, le Kremlin est un lieu où l’histoire se mêle à la modernité politique et culturelle, attirant des visiteurs du monde entier désireux de découvrir son patrimoine impressionnant.

Comment voyager en Russie en 2024 : guide complet

La Russie, territoire étendu aux multiples facettes, séduit les voyageurs en quête de dépaysement et de culture riche. Entre sa réputation pour les résidences royales ornées et ses églises orthodoxes aux dômes dorés, l’expérience russe s’avère unique, ancrée dans la sincérité plutôt que le spectacle. Néanmoins, la situation actuelle requiert une prudence particulière : le Ministère français des Affaires étrangères recommande d’éviter tout déplacement en raison du conflit russo-ukrainien.

Pourquoi les sanctions contre la Russie ne sont-elles pas efficaces?

Face à la persistance du conflit en Ukraine, nous avons assisté à l’imposition de sanctions de plus en plus sévères contre la Russie, des mesures prises dans l’espoir de soutenir la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Ces sanctions contre la Russie, qui visent à faire pression sur les gouvernements russe et biélorusse, nous amènent à nous interroger sur leur efficacité réelle. Le choix stratégique de ces sanctions, adoptées non seulement par l’Union européenne mais aussi coordonné avec les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays du G7, soulève de nombreuses questions. Mais si les sanctions contre la Russie sont elles efficaces, ces efforts internationaux ont-ils réellement un impact significatif sur l’économie russe, étant donné les adaptations et les réactions de la Russie dans ce contexte géopolitique tendu ?

Laisser un commentaire