Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les célébrités qui parlent le russe

Le russe, une langue réputée pour sa complexité et sa beauté, n’est pas uniquement l’apanage de ceux ayant grandi dans son bercail culturel. Étonnamment, plusieurs célébrités connues mondialement, dont Kate Beckinsale, maîtrisent cette langue avec une aisance remarquable. Cette compétence linguistique peu commune parmi les stars d’Hollywood révèle des connexions personnelles, d’héritages culturels et d’un intérêt profond pour la Russie et sa culture. Découvrir ces stars sous un nouveau jour enrichit notre compréhension de leur personnalité et de leur parcours, ajoutant une dimension supplémentaire à la façon dont nous les percevons au-delà des écrans.

Dans cet article, nous explorerons plus en détail les profils de célébrités telles que Kate Beckinsale, Mila Kunis, Ralph Fiennes, et Milla Jovovich, qui parlent russe. Chacun apporte une histoire unique, que ce soit par des liens familiaux, des expériences vécues, ou un intérêt pour la langue russe acquis au fil des ans. Cette exploration mettra en lumière comment la maîtrise d’une langue peut ouvrir les portes à des expériences culturelles riches et diversifiées, tout en permettant une appréciation plus profonde des racines et des identités multiples qui façonnent ces acteurs et actrices célèbres.

 

Scarlett Johansson

Apprentissage du russe pour Avengers

Scarlett Johansson s’est trouvée confrontée à un défi de taille lorsqu’elle a dû apprendre le russe en seulement 48 heures pour son rôle de Black Widow dans le film Avengers. Cette exigence venait du besoin de donner une authenticité à son personnage, qui est d’origine russe. Rapidement, elle a réalisé que le temps était extrêmement limité, ce qui l’a poussée à adopter une méthode d’apprentissage efficace pour maîtriser les répliques nécessaires.

Pour assimiler rapidement le russe, Scarlett Johansson a opté pour l’apprentissage phonétique, évitant ainsi les complexités de la conjugaison grammaticale. Elle explique : « J’avais deux jours, donc j’ai dû tout apprendre en phonétique. Mais il fallait prononcer correctement. » Pour ce faire, elle a été épaulée par une traductrice et a travaillé intensément avec un coach de langues. Cette méthode lui permettait non seulement de reproduire les sons correctement mais aussi de s’exprimer avec une certaine expressivité, ce qui était crucial pour son interprétation.

Malgré ses efforts, la performance de Scarlett Johansson a reçu des critiques mitigées en ce qui concerne son accent russe. Bien que son rôle ait été doublé en russe parfait lors de la sortie du film en Russie, certains critiques ont pointé du doigt son accent peu convaincant et une prononciation qui semblait parfois forcée. Des observateurs ont noté que, bien qu’elle ait réussi à mémoriser phonétiquement les mots, il manquait une intonation naturelle et les nuances nécessaires pour un russe authentique, donnant parfois l’impression d’une voix robotique. Malgré ces défis, son engagement envers le rôle a été largement reconnu et apprécié.

Kate Beckinsale

Études en littératures russe et française

Kate Beckinsale a exploré les profondeurs de la littérature russe et française lors de ses études à l’université d’Oxford. Elle a admis que son intérêt pour ces langues était motivé par un désir de lire les œuvres originales de grands auteurs comme Tchekhov et Molière. Malgré une carrière florissante à Hollywood, elle n’a jamais achevé son cursus universitaire, lui laissant l’ambition de peut-être retourner à Oxford pour terminer son dernier année d’études.

Dans diverses interviews, Kate Beckinsale a souvent partagé son expérience avec la langue russe, qu’elle trouve particulièrement difficile, surtout à mesure qu’elle avance dans son apprentissage. Elle a même démontré ses compétences linguistiques en russe lors d’apparitions publiques, notamment en enseignant des phrases humoristiques en russe à Stephen Colbert lors d’une émission de télévision américaine, et en répondant à des questions en russe lors d’une conférence de presse à Moscou.

Utilisation de la langue russe dans les médias

L’actrice a utilisé le russe non seulement dans des cadres formels mais aussi de manière ludique dans les médias. Par exemple, lors de son passage chez Stephen Colbert, elle a enseigné au présentateur comment dire en russe des phrases telles que « Non, je ne vous donnerai pas mon mot de passe WIFI » et « Monsieur Poutine, remettez votre t-shirt s’il vous plaît ». Ces échanges montrent non seulement son aisance avec la langue mais aussi son sens de l’humour en intégrant le russe dans des conversations légères et divertissantes.

Mila Kunis

Origines et éducation

Mila Kunis est née le 14 août 1983 à Tchernivtsi, en Ukraine, et a grandi dans la capitale, Kiev. Issue d’une famille juive, elle a été confrontée à l’antisémitisme en Union soviétique, ce qui a poussé sa famille à émigrer aux États-Unis en 1991, après la chute de l’Union Soviétique. Ses parents, Elvira et Mark Kunis, respectivement professeure de physique et ingénieur en mécanique, ont cherché à offrir de meilleures opportunités à Mila et son frère Michael. Arrivée à Los Angeles sans parler anglais, elle a vécu une intégration difficile, marquée par des souvenirs douloureux de ses premières années d’école où elle ne comprenait ni la langue ni la culture américaine.

Utilisation du russe dans sa carrière

Durant sa carrière, Mila Kunis a rarement eu l’occasion d’utiliser le russe dans un contexte professionnel. Cependant, elle a souvent été interrogée sur ses origines lors d’interviews, ce qui l’a amenée à parler de son héritage ukrainien. Elle explique qu’elle se présentait souvent comme russe plutôt qu’ukrainienne pour simplifier les conversations, surtout parce que beaucoup de gens ne savaient pas où se trouvait l’Ukraine. Ce n’est que récemment, suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qu’elle a commencé à affirmer fièrement son identité ukrainienne.

Dans ses interactions avec les médias, Mila Kunis a souvent dû expliquer l’origine de sa famille et la raison de leur émigration aux États-Unis. Elle a partagé les difficultés rencontrées en raison de l’antisémitisme en Union soviétique et comment cela a affecté sa famille durant l’Holocauste. Ces révélations sont souvent venues enrichir les discussions lors d’interviews, donnant plus de poids à son témoignage sur l’importance de connaître et de respecter ses racines.

 

Ralph Fiennes

Apprentissage du russe pour des rôles

Ralph Fiennes, bien connu pour ses rôles marquants dans des films comme La Liste de Schindler, a aussi exploré la langue russe pour le film Deux femmes de Vera Glagoleva, basé sur la pièce Un mois à la campagne d’Ivan Tourgueniev. Dans ce film, il incarne un personnage russe, ce qui l’a poussé à apprendre cette langue complexe. Son engagement ne s’est pas limité à ce seul film; il a également interprété le rôle d’Alexandre Pouchkine, le professeur de ballet de Noureev dans le film Noureev, montrant ainsi sa polyvalence et son dévouement à ses rôles.

Déclarations sur l’apprentissage et la culture russe

Dans une interview accordée à RT UK en 2016, Fiennes a partagé que l’apprentissage du russe avait été « très dur ». Cependant, son intérêt pour la culture russe et son désir de se plonger dans une expérience linguistique hors de l’anglais l’ont motivé à persévérer. Il a exprimé un sentiment de bien-être lors de ses séjours en Russie, soulignant combien la culture et la langue russes l’avaient fasciné au fil des années.

Interactions lors de tournées promotionnelles en Russie

Lors de la promotion du film Spectre à Moscou, Fiennes a impressionné le public en tenant un discours en russe, presque sans faute. Il a débuté son allocution par « Bonsoir, Mesdames et Messieurs », ajoutant humoristiquement des commentaires sur ses collègues et faisant référence à l’œuvre de Ian Fleming, Bons baisers de Russie, pour souligner le lien culturel et cinématographique entre la Russie et l’œuvre de James Bond. Ce moment a non seulement montré ses compétences linguistiques mais aussi son respect et son appréciation pour le public russe.

 

Milla Jovovich

Origines russes et familiales

Milla Jovovich, née à Kiev en Ukraine, est issue d’une famille à la croisée des cultures russe et serbe. Sa mère, Galina Loginova, était une actrice russe, et son père, Bogić Jovović, un médecin serbe. La famille a déménagé aux États-Unis quand Milla avait cinq ans, mais elle a conservé des liens étroits avec ses racines russes et ukrainiennes. En dépit de son déménagement précoce, elle a grandi en partageant son temps entre Londres, où son père travaillait, et la Russie, où résidait sa mère.

Milla Jovovich parle couramment le russe, ce qui lui permet de rester connectée avec ses racines culturelles lors de ses visites en Russie. Elle a exprimé à plusieurs reprises son amour pour la culture russe, notamment pour sa nourriture et son humour, qu’elle considère comme le meilleur au monde. Lors d’une interaction avec les médias locaux, elle a partagé son enthousiasme pour des mets russes comme les pelmenis, le borchtch, et le gâteau Napoléon, soulignant son plaisir à s’immerger dans les traditions culinaires de la Russie.

Rôles et interviews en russe

La maîtrise de la langue russe de Milla Jovovich lui a également servi professionnellement. Elle a joué en russe dans le film Fioriture de 2010, démontrant sa capacité à s’engager pleinement dans des rôles qui nécessitent une immersion linguistique. De plus, lors de la promotion de ses films en Russie, elle s’adresse souvent à son public en russe, ce qui lui permet de tisser un lien plus personnel et authentique avec ses fans russophones. Sa participation active dans des interviews et des événements médiatiques en russe illustre son respect et son affection pour le public de cette région.

 

L’aptitude de ces célébrités à parler russe nous rappelle non seulement l’importance des langues pour naviguer et comprendre différentes cultures, mais aussi leur rôle dans l’enrichissement de nos expériences personnelles et professionnelles. À travers les récits de Scarlett Johansson, Kate Beckinsale, Mila Kunis, Ralph Fiennes et Milla Jovovich, nous voyons comment la connaissance d’une langue peut tisser des liens profonds avec notre héritage, ouvrir des portes vers de nouvelles aventures, et même surmonter les barrières dans les sphères professionnelle et personnelle. Leur parcours illustre magnifiquement comment les langues façonnent nos identités et étendent notre appréciation du monde.

D'autres articles...

Vladivostok : Histoire, culture et lieux à visiter

Vladivostok, une ville nichée à l’extrémité est de la Russie, s’inscrit comme un carrefour fascinant de culture, d’histoire et d’importance économique. Porte d’entrée vers l’Asie-Pacifique, cette ville offre un visage unique, où se mêlent héritage russe et influences asiatiques. Vladivostok marque non seulement le rythme de vie de ses habitants mais témoigne également de son rôle pivot dans les échanges internationaux, tandis que la météo à Vladivostok reflète les nuances climatiques de cette région, allant de hivers rigoureux à des étés doux et agréables.

LOGIOS ONLINE fête sa première année

LOGIOS ONLINE fête son premier anniversaire ! Cela fait maintenant un an que certains d’entre vous utilisent notre service, et nous tenions à vous exprimer notre sincère gratitude pour votre fidélité et votre confiance. D’une part, votre soutien continu a été essentiel pour nous, d’autre part nous sommes reconnaissants de pouvoir vous accompagner dans votre parcours.
Toujours en quête d’amélioration, nous avons récemment demandé à nos apprenants les plus assidus de nous noter.

Gâteau “le Russe”

Le gâteau russe est une pâtisserie emblématique de la cuisine française, reconnue pour son onctuosité et sa saveur délicate. Avec ses couches de biscuit moelleux et sa crème au praliné onctueuse, ce dessert fait saliver les gourmands du monde entier. Mais d’où vient cette recette raffinée et comment peut-on la reproduire à la maison ?

Table des matières

Laisser un commentaire