Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La bataille de Koulikovo

Les invasions mongoles…

Au cours du XIIIème siècle, les Mongols ont conquis les terres de la Rous’ et les ont soumis à leur autorité. Ils ont établi leur base le long de la Volga, où ils ont créé la Horde d’Or, un puissant empire qui dominait la région.

Depuis le début du Moyen Age, la nation russe n’existait pas en tant que telle. Le territoire était morcelé en de multiples principautés slaves, qui ne possédaient aucune cohésion nationale et territoriale. Les plus importantes de ces principautés étaient Novgorod au nord, Moscou au centre, et Kiev plus au sud.

Dimitri Donskoï, prince de Moscou
Dimitri Donskoï, prince de Moscou

L’occupation mongole a eu un impact profond sur l’histoire de Moscou et de la Russie. Moscou a ainsi développé sa hiérarchie sociale connue sous le nom de « mestniеchestvo », le recensement, son réseau postal, le système fiscal et l’organisation de l’armée.

L’occupation mongole a également favorisé l’ascension de Moscou comme principauté dominante dans la région, après la destruction de la Rus’ de Kiev et d’une partie de ses rivaux. La principauté a su tirer parti de sa position géographique et de sa loyauté envers les Mongols pour étendre son influence et sa richesse au fil du temps.

Dissension au sein de la horde d’or

Dimitri Ier monte sur le trône de la principauté de Moscou en 1359. Il fortifie la ville avec des murs en pierre et construit le Kremlin (qui signifie en russe « forteresse »). Il prend le titre de grand prince de toutes les Russies ; il prend alors la direction du mouvement visant à s’émanciper de la Horde d’Or.

Suite à des dissensions internes au sein de la Horde d’or, plusieurs princes russes décidèrent de ne plus rendre hommage au Khan ni de verser le tribut imposé depuis plus d’un siècle. Furieux, le régent Mamay de la Horde d’or se lance dans une guerre de représailles, soutenu par ses alliés : la Lithuanie et la principauté de Riazan qui espèrent profiter de la situation pour affaiblir leurs ennemis communs.

Au coeur de la bataille de Koulikovo

En 1380, face à la menace de l’armée mongole, Dimitri rassemble ses soldats et se dirige vers Kolomna, près du Don, au sud de Moscou, où il retrouve ses alliés pour organiser la défense. Il espère ainsi repousser l’invasion et protéger les territoires russes sous son contrôle. Les troupes mongols et ses alliés ne se sont pas encore regroupés, le prince décide alors de venir à leur rencontre sur la plaine de Koulikovo. Afin d’éviter un bain de sang inutile, Dimitri et Mamay envoient leurs meilleurs combattants pour un duel qui déterminera un vainqueur, mais les deux champions se tuent mutuellement lors de cet affrontement.

Rusé, le prince échange son armure et sa bannière contre celle d’un simple chevalier nommé Brenok. Il ne se trompera pas, les mongols viseront le malheureux chevalier. Les combats dureront plusieurs heures, jusqu’à la tombée de la nuit.

Epuisés et en sous effectifs, les troupes de Dimitri feignirent une retraite. Fort heureusement, Dimitri avait gardé sa cavalerie en réserve ; celle-ci était menée par le prince de Serpoukhov, le cousin de Dimitri, qui contourna l’armée mongole et l’attaqua par l’arrière. Les Mongols, surpris et déstabilisés, ne purent résister au choc des lances et des épées des Russes, qui les taillèrent en pièces.

Dimitri Ier perd près de 20 000 hommes, soit le tiers de son armée. Les pertes sont encore plus lourdes du côté de ses ennemis. L’armée mongole est presque totalement anéantie : environ 100 000 guerriers sont tombés pendant cette bataille.

Le prince Dimitri avant la bataille

Le début de la nation russe

Les historiens considèrent cette victoire comme le point de départ de l’unification des états russes.

« Les Russes partirent pour le champ de Koulikovo en tant que citoyens de différentes principautés et revinrent en tant que nation russe » / Lev Goumilev, célèbre historien russe du XXe siècle.

Néanmoins, cette victoire tactique n’est que symbolique et non décisive, de nombreux guerriers russes étaient tombés au combat, les mongols répliquèrent en 1382, saccageant et incendiant Moscou.

Dimitri Ier gagna le surnom « Donskoï » (littéralement « du Don ») et entra dans l’histoire en tant que grand chef militaire russe. (on trouve d’ailleurs des tee-shirts à son effigie sur les marchés de Moscou…).

Pendant encore un siècle, les Russes resteront sous la domination Tatar.

D'autres articles...

Moscou, la capitale verte

Depuis la fin des années 1980, le terme “verdissement” évoque la couleur verte, symbole de la nature et de l’écologisme, reflétant une aspiration globale à une harmonie plus étroite avec l’environnement. Moscou, la capitale de la Russie, ville de Russie par excellence avec une population dépassant les 12 millions d’habitants, représente un épicentre de ces efforts environnementaux. Depuis 1991, cette métropole a entrepris des transformations significatives dans l’objectif de devenir un hub économique et politique international, tout en préservant son identité russe riche en histoire et en culture.

Comment voyager en Russie en 2024 : guide complet

La Russie, territoire étendu aux multiples facettes, séduit les voyageurs en quête de dépaysement et de culture riche. Entre sa réputation pour les résidences royales ornées et ses églises orthodoxes aux dômes dorés, l’expérience russe s’avère unique, ancrée dans la sincérité plutôt que le spectacle. Néanmoins, la situation actuelle requiert une prudence particulière : le Ministère français des Affaires étrangères recommande d’éviter tout déplacement en raison du conflit russo-ukrainien.

Pourquoi les sanctions contre la Russie ne sont-elles pas efficaces?

Face à la persistance du conflit en Ukraine, nous avons assisté à l’imposition de sanctions de plus en plus sévères contre la Russie, des mesures prises dans l’espoir de soutenir la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Ces sanctions contre la Russie, qui visent à faire pression sur les gouvernements russe et biélorusse, nous amènent à nous interroger sur leur efficacité réelle. Le choix stratégique de ces sanctions, adoptées non seulement par l’Union européenne mais aussi coordonné avec les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays du G7, soulève de nombreuses questions. Mais si les sanctions contre la Russie sont elles efficaces, ces efforts internationaux ont-ils réellement un impact significatif sur l’économie russe, étant donné les adaptations et les réactions de la Russie dans ce contexte géopolitique tendu ?

Laisser un commentaire